Les déchets ménagers - complément compostage


Les unités de compostage

Le compostage décrit ici correspond à une décomposition aérobie de la matière (en présence d'oxygène), par opposition à la décomposition anaérobie (méthanisation) qui se fait en absence d'oxygène.
De l'intérêt de la valorisation organique...

Le carbone organique donne au sol des propriétés qui permettent :
- l'amélioration de la capacité de rétention en eau (meilleure résistance aux aléas climatiques),
- l'augmentation de la capacité d'échange cationique (rétention des éléments fertilisants),
- la stimulation de la vie biologique (maintien de la fertilité).

Le compostage des déchets

C'est un processus biologique de transformation et de valorisation des substrats organiques (tontes, feuilles, branches, déchets de cuisine...).
Le compostage est un processus complexe qui fait appel à de nombreux micro-organismes (bactéries, actinomycètes, champignons).

On distingue 2 phases :

1/ phase thermophile où on observe une dégradation de la matière organique, avec développement de micro-organismes. L'énergie nécessaire provient de l'oxydation biologique du carbone dont une partie sert au développement des micro-organismes et un excédent de chaleur dégagé sous forme de vapeur d'eau. On observe une élévation de la température (50 à 70 °C) et un rejet de CO2.Progressivement, les micro-organismes s'attaquent aux matières plus difficiles à dégrader. 2/ phase mésophile est une phase de recomposition de la matière organique par les micro-organismes. La matière organique est alors stabilisée, préhumidifiée et humidifiée.

Cette phase est plus longue, il y a une baisse de la température (30 à 40 °C) et s'accompagne parfois d'un développement de macro-organismes (lombrics, insectes...).
5 paramètres importants
1/ L'oxygène les micro-organismes aérobies respirent l'oxygène de l'air.
2/ Le rapport Carbone / Azote (C/N)
doit être compris entre 25 et 35 en début de compostage, ces deux éléments constituent la ressource alimentaire des micro-organismes.
3/ L'humidité
Elle doit être aux environs de 60 %.
4/ La porosité
Espaces aux espaces lacunaires autorisant la libre circulation de l'air dans le matériau. Il faut un mélange des biodéchets avec un matériau structurant.
5/ La température

Elle résulte de l'activité biologique des micro-organismes thermophiles (60°C). ...) en 6 étapes :

1/ la réception et le contrôle

Etape essentielle qui permet de vérifier la compatibilité des déchets apportés sur le site pour un compostage. Les produits font l'objet le plus souvent d'un tri manuel, puis sont stockés en attendant d'être mis en andains.

2/ Le broyage et le mélange

première transformation mécanique qui permet de mélanger les déchets verts et de déchiqueter les branches et tailles.

3/ La première fermentation

Après broyage, la matière est structurée en andains qui sont retournés régulièrement pour maintenir les conditions biologiques optimales. L'apport d'oxygène peut se faire soit de manière empirique par retournement des andains soit par aération forcée par des drains installés sous les andains et alimentés par des ventilateurs.

4/ La maturation

Le compost est repris au chargeur. Pendant 3 mois, les andains sont retournés 1 à 2 fois. Un affinage peut être recherché en fonction de l'utilisation future du compost.

5/ Le criblage

Le compost brut obtenu est criblé pour le calibrer. Les refus de criblage composables sont réutilisés en tête de process, les refus non compostable sont évacués dans les mêmes filières que les ordures ménagères.

6/ Le stockage et l'ensachage

Sa durée dépend de l'utilisation future du compost produit, le paramètre humidité doit est surveillé avec attention. Sur certaines installations, le compost est ensaché pour faciliter son transport et favoriser des débouchés plus nombreux (particuliers...).